surprise, you're fucked !

Publié le par peripherique

My momma always said, "Life was like a box of chocolates. You never know what you're gonna get."

Forrest Gump

Mais ma grand-mère aurait rajouté que le malin génie s’arrange toujours pour qu’on choppe les plus dégueulasses en premier.

Au naturel, je suis plutôt quelqu’un de peu exigeant. Par exemple je suis capable de rester jusqu’à la fin d’une séance de cinéma dont la salle exhibe un film mal réalisé, chiant et interprété de façon odieuse par un acteur bancable. Ce qui me permet d’aller encore au cinéma assez régulièrement, comme quoi les bons penchants on aussi leurs avantages.

Les seules revendications que le seigneur ait un jour reçues de moi c’était une paire de lunettes, un appareil dentaire ou un plâtre, peu importe le membre, pas de quoi décrocher la lune.

Malheureusement pour moi, j’ai 10/10 a chaque œil, comme imperfection buccale une seule dent légèrement de travers qui me donne paraît-il un sourire charmant et je suis sorti indemne du seul accident de voiture qui ai croisé ma route. En même temps, si vous aviez vu ces artefacts médicaux à l’époque, on peut dire que je l’ai échappé belle.

Mais bon un jour j’ai vraiment cru que j’allais embrasser le ciel, veuillez m’en excuser par avance.

Un matin quand j'etais petit, j’ai choppé « Le » truc qui allait récompenser toutes mes suppliques de gosse, le mal qui te fait dégueuler partout un liquide vert fétide en balançant les plus grosses insultes jamais proférées en ce bas monde.    

Confrontée à la situation, ma grand-mère préfère contacter un médecin  plutôt qu’un prêtre. Paix à son âme et à ses choix.

Donc le mec commence à m’ausculter en occultant toute allocution occulte en latin et pourtant je suppose que l’inculte en avait un paquet dans son Vidal. La séance de palpé roulé se termine et il finit par poser son diagnostique sur celui de mon agnostique grand-mère. Sans appel, je suis condamné … à la transparence sociale. Une simple grippe … Que dalle.

Puis il rajoute : « s’il a des signes de constipation on lui rajoutera du Microlax© »

De nature normalement pudique sur ce thème obscur, je me sens comme si j’avais marqué un essai a la dernière minute. J’imagine déjà le truc, on est au milieu des années 80 et tout terme contenant le préfixe micro est odieusement branché. La classe ! Immédiatement je visualise ce petit bijou technologique, sûrement une sorte de spray de Ventoline © assisté par un micro processeur transital. Je me vois déjà couper une conversation importante en pleine récré en m’excusant de devoir inhaler avant de poursuivre sur les baskets à la mode. Et s’il s’agissait plutôt d’une sorte d’implant sous cutané comme dans Cyborg le film avec Jean-Claude Vandamme?

Mon aïeule se retourne vers moi et avec mon regard le plus vitreux et le plus mouillé je lui indique que oui…

Mais un jour viennent les révélations et on comprend  vraiment cette métaphore sur le chocolat.

Le plus simple fut de ne rien dire, je laissais cette vérité pour le jour du jugement dernier. Je ne suis pas une balance et encore moins quand c’est de moi qu’il s’agit, je ne parlerais pas même sous la torture, comment avouer ses fautes sans humiliation ? Mais comme toute résistance à ses martyrs, j’assumais et me retrouvais bientôt avec un tube en plastique de 5 cm dans le cul qui m’injecta une quantité non négligeable d’un liquide froid et visqueux.

Je dois confesser que depuis ce jour dès qu’une situation ambiguë se présente je repense à ces quelques instants d’émois et je me permets de  clarifier les choses et en maîtriser les tenants et les aboutissants de manière à éviter d’éventuelles méprises.

Ma grand-mère disait aussi que toutes les erreurs étaient faites pour être recommencées.

Et je me demande si un jour en me rendant à un rendez-vous foireux je me trompais d’adresse en pénétrant dans un bar très branché. Et si par hasard après avoir traversé l’arc en ciel et être allé « over the rainbow », pour ne pas passer pour un con devant une bande de gars beaux et bien sapés, plutôt que d’avouer mon erreur, je pêcherais par orgueil finissant par être rattrapé par la luxure et un sentiment de déjà vu en me retrouvant avec 18 cm dans le cul et cette même décharge tout aussi humiliante … mais plus chaude ?

 

© Les anales de la peripherique factory 2007       

 

Publié dans TexT

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ablep 22/08/2007 12:06

ça a un rapport avec motus non?Ouais je lol et j' Aime D Airs aussi.

peripherique 22/08/2007 12:30

c'est bien ce que je pensais .... je ne pourrais bientôt plus faire de vannes avec maître Capello dedans ....heureusement que ce modeste blog est là pour prolonger les mythes et instruire la jeunesse.tu peux essayer ce lien : http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Capeloviciou taper jeux de 20 heures ou maître capello dans youtube .... ( enfin je n'ai pas essayé donc a verifier)

Ablep 21/08/2007 11:45

D'ailleurs, :[ My momma always said, "Life IS like a box of chocolates. You never know what you're gonna get." ]ou alors tu vires les guillemets, non?

peripherique 21/08/2007 22:23

j'en sait trop rien maître Capello .. j'ai copié collé du scenario...mince j'imagine que bientôt, les vannes avec maître Capello dedans plus personne comprendras ....je suis par sur que tu la comprenne ...

Ablep 21/08/2007 09:51

LOL !

peripherique 22/08/2007 10:46

tu LOL toi maintenant?

FlOw 14/08/2007 13:47

oui il vaut mieux préciser! justement, je suis pas sure d'avoir capté, c'est parceque le personnage s'est fait une cuite ou qu'il s'est drogué ou qu'il a vraiment la grippe ??

peripherique 14/08/2007 14:38

le personnage est un gamin qui a menti pour obtenir un truc classe mais quand il s'est aperçu de son erreur, par orgueuil ou peur d'avouer sa faute il s'est retrouvé dans une situation delicate .... et il se pose la question de savoir si ca lui arrivait de nouveau ... ferait il la même erreur .... c'est une fable sur l'assumation .... un merci a celui qui me mettra en commentaire le vrai terme pour "assumation" j'ai la flemme de chercher ... même dans ma tête....[edit] ... je viens de comprendre ... j'ai rajouté la phrase, "un jour quand j'etais petit" c'est tout de suite moins ambigüe

FlOw 14/08/2007 10:49

mouahahaha !!!!ça existait pas en suppositoire le microlax ?

peripherique 14/08/2007 11:56

je sais pas , c'est une fiction ...... ou peut etre pas .... par contre le theme c'est bien sur le courage de revenir sur ses erreurs .... et non la sodomie ....juste par precision aux prochains commentaires